lundi 9 mars 2015

Visite

On a parlé d’Istanbul et de Berlin. De Buenos Aires aussi. On a parlé de l’Europe Centrale et de Prague. On a parlé d’elles, de toutes ces elles qui volètent autour de toi. On a parlé d’il, je t’ai ouvert mes placards. On a parlé des autres ils sur lesquels j’ai fait escale. Maintenant, je suis seule sur mon île perchée.
On a marché la nuit, un peu, le jour, beaucoup, on a bu, un peu trop, on a mangé, bien.
On a parlé, parlé, parlé. On s’est assis au bord de l’eau transparente.
On a rencontré une vieille dame à qui j’ai fait la bise. On a aussi appelé les pompiers.
On a parlé d’instruments de cuisine. De théâtre.
Je ne t’ai pas montré mes fuck-me-shoes. Je crois que tu en avais envie.

8 commentaires:

  1. Y a t-il une relation de cause à effet de la bise à la vieille dame à l'appel des pompiers ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non. La vieille dame se porte comme un charme! C'est gentil de t'en soucier. Je lui en ferai part!

      Supprimer
  2. Pierre qui roule9 mars 2015 à 18:29

    Itinérant , il se réfugie a mes nidifications. J'ai malgré tout de la tendresse...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tendresse... Oui. Il y a eu de ça, en effet! ...

      Supprimer
  3. Chère Marie,
    J'aime beaucoup ce petit texte tout en creux pour une rencontre bien pleine.
    A partir de quelle hauteur de talons des chaussures deviennent-elles des fuck-me-shoes ? Je m'interroge (pieds nus comme d'habitude !).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. My dear barefoot Comtessa, je dirais qu'à partir de 7/8cm et en fonction de la coupe, des couleurs, de la dite chaussure, ça peut faire son petit effet... Merci de ton commentaire chère lointaine!

      Supprimer
  4. Moi aussi j'aurais bien aimé les voir tes fuck-me-shoes (j'adore cette appellation).

    RépondreSupprimer