dimanche 15 mars 2015

A poil!

Une ancienne commentatrice de mon blog me contacte, il y a quelques mois.
Elle part bientôt faire un voyage à l’autre bout de la terre. Elle aime bien ce que j’écris, même si elle ne commente plus depuis un moment. Nous correspondons de loin en loin pendant quelques temps.  Je lui envoie mon journal de bord du voyage en question, puisque je suis allée dans ce pays il y a quelques années… Rien de publié ici, c’est d’autre chose qu’il s’agit.  
Elle part en voyage. Elle m’envoie un petit mot à son retour. Puis, il y a environ quinze jours ou trois semaines, elle m’apprend qu’elle va passer ici ce week-end. Elle sera chez un ami. Pendant toute notre correspondance, elle refuse de me donner son prénom. Son mail et ses anciens commentaires sont sous pseudonymes bien sûr. Pour ma part, je signe de mon (vrai) prénom. Je crois comprendre qu’elle a eu des prises de becs virtuelles avec une autre commentatrice… Je ne sais pas de quoi elle parle, je n’ai jamais – par chance peut-être - eu affaire à un troll ou une trollette, ni à un commentaire malveillant…  Mais elle est très chatouilleuse avec cette histoire… Je respecte son anonymat. Au fil des derniers mails échangés, sa signature en forme d’initiale devient presque un jeu.
Nous convenons de nous rencontrer à l’heure de l’apéro dans une brasserie bien connue de la ville. Elle m'a demandé auparavant si je veux bien rencontrer l’ami chez qui elle loge. Bien sûr, pas de problème. J’ai juste une description physique – essentiellement un manteau rouge -  et un numéro de téléphone. Je les retrouve tous les deux dans la rue et nous allons ensemble boire ce verre dans ce grand bar confortable que j’aime bien. On y sert de la Suze et de bonnes cacahuètes et les joueurs d’échecs occupent les tables du fond. Ce qui sont de vrais signes de civilisation...
La conversation s’engage, ce n’est pas désagréable, et voila qu’au fil de l’eau, elle me dit : « Au fait, j’ai fait lire ton blog à Bertrand!» (appelons-le Bertrand).
Je crois avoir mal compris... QUOI ? Cette nana qui habite loin (elle est suisse et il est probable que je ne la revoie jamais), de passage, qui m’a fait une pendule à propos de son prénom à cause de vieux posts anonymes échangés avec je ne sais qui, se PERMET sans vergogne de faire lire mon blog, intime, parfaitement personnel, anonyme sur la toile, à un mec qu’elle connait à peine ( ils se sont rencontrés très récemment), mais qui habite ici (à deux pas de chez moi, ironie...) et que je suis à même de croiser en ville car, sans nous être jamais rencontrés, nous fréquentons parfois les mêmes cercles…  
Je n’en crois pas mes oreilles. Hormis deux amis chers (vous vous reconnaitrez), PERSONNE dans ma vie ne sait pour ce blog. PERSONNE. Ce qui me permet évidemment d’écrire ce journal très  intime sans me censurer et d’avoir des correspondants anonymes, même si j’ai fait quelques belles rencontres dans la vraie vie avec d’autres blogueurs et blogueuses, mais sur un pied d’égalité, de complicité et de confiance réciproque qui ne s’est jamais démenti. Je ne connais pas ce Bertrand devant lequel je me retrouve à poil. Je me sens trahie, violée, vraiment. Je laisse éclater ma gêne et ma colère, mais le mal est fait. Il est prévu que nous sortions ensemble, justement dans un endroit que je fréquente depuis des années et où je connais la moitié des gens… La soirée se passe cordialement, je suis courtoise. Quand je rentre, il est tard et j’ai du mal à m’endormir.  
Je ne sais pas quoi faire. Fermer cet espace ? Le rendre privé ? Mais alors perdre une bonne partie de mes correspondants… ce blog est important pour moi. Je suis très en colère et dans le plus grand embarras. On ne m’y reprendra pas… En attendant, je fais quoi ? Je déteste cette situation. 

23 commentaires:

  1. Et lui comment a-t-il réagit? car il s'agit bien de l'homme qui était avec vous deux, c'est ça?
    La suite dépend beaucoup de lui quand même :( .

    Comme toi je déteste ce genre de situation où on abuse de la confiance qu'on a donné délicatement. grrrrrrrrrrrr.....
    La question qui me taraude c'est pourquoi a t elle eu ce besoin de lui faire lire? que recherchait elle ?

    plein de bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore une fois, je ne le connais pas. Il a bien vu que j'étais furieuse et embarrassée. J'espère qu'il sera gentleman et que l'incident est clôt! On verra bien... Mais je suis sûre de le recroiser. On est vraiment dans des cercles très proches.
      Quant à elle, elle s'est excusée sur le moment, puis a lu ce post et s'est excusée par mail. Elle voulait juste "bien faire et mettre en contact deux personnes qui pourraient devenir amis"... C'est à peu près ce qu'elle m'a écrit. Plus bête que méchante en somme comme disait ma grand-mère!
      Gros becs ma Dita!

      Supprimer
    2. Et je peux aussi passer la frontière pour faire le boulot . tu peux me payer avec mon poids en chocolat !!! ^_ ^ ou en montre de luxe... j'hésiiiiiiiiiiiiiiiites !

      Supprimer
    3. Je ferai jouer la concurrence entre toi et Monsieur Méchant pour l'obtention du marché... Après tout, nous sommes dans un monde libéral sans pitié et ouvert à la plus sauvage concurrence nooooon ?

      Supprimer
    4. Avec moi, pas de frais de déplacement ! et j'ai mes indics suisses !
      Et avec ma croix rouge sur ma tenue, on me donnerait le bon dieu sans confession ^_^ ( regarde cet air innocent, on s'y croirait) . hop hop hop je me fond à merveille dans le décor helvétique.

      Supprimer
  2. Le mal est fait, tu peux laisser passer quelques jours avant de te décider à tête reposée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Christophe de ce sage conseil. C'est en effet çe que je vais faire! Mais avoue que c'est pénible cette histoire! A bientôt sur nos lignes j'espère!

      Supprimer
  3. Si vous mettez un contrat sur sa tête, je peux m'en occuper, j'ai des tarifs très abordables...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On en parle en MP? Faut payer en nature? ^-^

      Supprimer
  4. Faut surtout définir qui sont le monsieur et la dame indiscrète. Sont-ils susceptibles de nuire ? Mais je te dis tout en MP...
    Sans obligation de payer !

    RépondreSupprimer
  5. Pardonnez moi Marie, mais je ne comprends pas très bien ce qui vous met tant en colère si ce n'est votre propre erreur de jugement...

    Selon moi, se livrer sur la toile, c'est déjà s'exposer, même sous couvert d'anonymat. Sans compter qu' à partir du moment où vous décidez de rencontrer vos lecteurs, vous levez cet anonymat non ?

    En outre, elle prend la peine de vous demander l'autorisation de venir avec son ami : imaginiez vous que la conversation pourrait éluder les allusions à votre blog ?

    Si je comprends votre contrariété, je ne pense pas que votre interlocutrice en soit responsable hélas ... et puis pourquoi cet homme serait il potentiellement plus dangereux pour vous que d'autres blogueurs que vous avez rencontré ;) ? la communauté des blogueurs n'est pas un gage de bienveillance absolue, ou bien ?

    bien amicalement,



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes chère Coccinelle, c'est mon imprudence sans doute qui est à l'origine de l'incident. Ma naïveté peut-être... Toujours est-il que si la communauté des blogueurs n'est pas toujours bienveillante, je n'y ai pour ma part fait que de jolies rencontres virtuelles pour la plupart,et réelles à 3 ou 4 reprises, il est vrai loin d'ici ou avec des personnes de passage. D'où ma confiance. Cette personne (je parle de la jeune femme) n'est pas blogueuse, mais commentatrice, d'une part. D'autre part, elle m'a interpellée car nous partageons une activité commune, ce pour quoi elle est venue ici. Son ami n'est pas blogueur, mais partage cette activité. Nous avions donc un ou plusieurs sujets de conversation tout trouvés. Compte tenu de la nature de mon blog (qu'elle suit depuis des années), je pense quand même qu'elle a singulièrement manqué de tact et de savoir-vivre. Mais c'est une leçon et comme je le dis à la fin de mon post, quelque chose comme "le corbeau, honteux et confus, jura, mais un peu tard qu'on ne l'y prendrait plus!" :-) Rien de grave au final j'espère... Merci de votre commentaire! A bientôt sur ces lignes j'espère.

      Supprimer
  6. Je me demande, si dans le fond ce n'est pas votre billet qui vous déshabille le plus... Il peut arrivée que vous mettiez en relief un problème qui n'existe pas. Le monsieur vous a peut-être lu en diagonale, sans forcément prêter attention. Tant de fois on m'a invité à lire de tas de trucs sur lesquels j'ai répondu "Oui, oui... Intéressant" et en réalité je n'en avais rien à foutre! J'avais juste survolé, sans réellement porter attention. Juste pour faire plaisir à l'autre.

    Nous avons tous des travers, il ne suffit pas de voir noté sur une feuille pour s'en douter. Perso, je pense que bien plus qu'on ne l'imagine, les autres n'en vraiment rien à faire de nos petits secrets.

    Ne soyez pas en colère... Encore moins lorsque ça part d'une bonne intention. Je suppose qu'elle pensait vous valoriser en montrant que vous aviez une belle plume et que vous étiez lu par de millier de personne! Quelqu'un d'important!! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai... Vous avez sans doute raison. Plus le temps passe et plus je me dis que j'ai eu la tête un peu trop près du bonnet! Ma colère retombe comme un soufflet. Et je me suis un peu poussée du col? C'est vrai que si nous mettons un peu/passablement/beaucoup de nous-mêmes dans nos petits billets lancés dans la galaxie du world wide web (c'est qu'il y a world hein!), finalement, ce ne sont que quelques humeurs dont le world justement n'a sans doute rien à foutre comme vous dites :) ! Un peu de modestie somme toute ne nuit pas... Bref! On va passer à autre chose... Merci de ce commentaire Vellini. A un de ces quatre!

      Supprimer
  7. J'ai tendance à réagir comme Coccinelle et Vellini, mais c'est parce que, sans doute, je ne verrouille pas si franchement la ligne qui sépare mon burp de ma personne physique. Je m'expose – car mon burp, c'est moi – mais j'ai tendance à penser que ceux qui sont intéressés par mon burp le seront aussi par moi, et s'il y a rencontre, c'est que la confiance est là. Réciproque. Après, les amis de mes amis sont mes amis...

    Oui, il existe (sur la toile et ailleurs) des personnes malveillantes... mais c'est ce risque que tu as à évaluer : comment as-tu « senti » cet homme ? A-t-il était compréhensif face à ta colère (je dirais : ta peur) d'être identifiée au delà d'un cercle très limité que tu tiens à contrôler ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La colère est largement retombée... Peur ? Sans doute... Prudence surtout... Les amis de mes amis sont mes amis... Ouaich... Jusqu'à un certain point! :)

      Supprimer
    2. En relisant les commentaires et notamment celui de cui et " mes amis de mes amis etc.... ", je me faisais la réflexion qu une femme est quand même vite jugée et surtout quand ça touche sa sexualité.
      Et quoiqu on en dise, une femme à la sexualité libérée est vite considérée comme " une grosse salope putain de sa race elle aime la queue et je vais me la faire ".
      A nous de recadrer tout ça :)
      Pffffffffff..... Y a du boulot. Y a des clichés qui persistent et même chez des adultes sensés avoir élaboré un minimum leur pensée,
      ( je rentre d une journée sur l éducation à la sexualité et j en parle bientôt )

      Ps : j' ai bien conscience qu un homme comme cui se ferait vite lui traiter de quetard , de gros Salaud qui trompe sa femme qui l attend sagement à la maison ( là encore, bien réducteur pour une femme de croire ça ). Il n empêche que l homme ne se verra pas mettre au bord de la société pour ses actes, non ?
      Alors qu'on "punit" les femmes en les stigmatisant.
      ( réflexion à 5 h du mat. Ça vaut ce que ça vaut ^^

      Supprimer
  8. Alors plus ça va et j'en ai régulièrement des indices et rappels, l'internet est tout sauf hermétique et anonyme. Il faut partir de ce principe et se sentir prêt à assumer ce qui est écrit.
    Y a des gens qui cherchent , fouinent , font des recherches de fou pour remonter aux sources. Lui , finalement on lui a proposé ça sans qu'on lui demande ( et encore une fois, je me demande pourquoi elle a eu envie de partager ça avec lui) . Mais j'ai tendance à croire comme Vellini que la plupart des gens n'en n'ont rien à faire. ça les fait rire deux secondes et encore. C'est nous qui sommes beaucoup trop égocentrique :)

    Et sincèrement je serais toi, je serais très fière de ce qui écrit ici, quelqu'ils soient.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Internet est une grande passoire à travers laquelle nous sommes à l'évidence scannés de la tête aux pieds... Hier soir sur France 5, un très pédagogique documentaire, intitulé "Cliquez, vous êtes traqués"! ... http://pluzz.francetv.fr/videos/cliquez_vous_etes_traques_,119394453.html

      Oui. Je suis bien certaine que si des tas de gens sont très fouineurs, des tas de gens s'en foutent aussi... Disons que pour l'instant, ne sachant sur quel pied danser, je mets le blog un peu en retrait!
      Et MERCIIII pour le compliment!
      Des bises ma belle!

      Supprimer
  9. Je comprends ta colère, je crois que moi aussi ça m'aurait pesé, davantage le fait d'être mis devant le fait accompli que la mise en relation, qui finalement ne semble pas bien méchante...
    Je comprends aussi mieux pourquoi tu as passé ton blog en privé... merci pour l'invitation by the way :-)
    Bises Marie :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et merci d'avoir accepté l'invitation! Oui. J'ai été assez embêtée, même si aujourd'hui, 10 jours après cette petite aventure, je me dis que j'ai réagit peut-être un peu vivement!
      J'attends encore un peu, et je repasse le blog en public... je crois.
      Souvent femme varie... ? :-)
      Bises DDM!

      Supprimer
    2. Hihi, j'avais jamais remarqué ;-p

      Supprimer