lundi 22 décembre 2014

Let the good time roll !



 « Les Fêtes »… 
Haaaaa ! "Les Fêtes"…
Réunions diverses, drames qui ressurgissent, famille je vous haisme, personnes qui nous manquent, d’autres qui nous envahissent… Blessures anciennes ou récentes ravivées, trous béants dans nos tissus affectifs, émotions, regrets, souvenirs doux et enfuis, enfance si proche et si lointaine, temps qui passe et qui s’étrangle…  
Quand j’étais en couple, il y a quelques années, après un Noël particulièrement éprouvant, paroxystique et larmoyant, nous avions décidé de partir à cette période de l’année. Du coup, Madrid, la Côte Basque, les Guggenheim de Bilbao et de New York nous avaient enchantés. En balade,  nous avions fêté Noël avec délectation, des Noël urbains, but far from the madding crowd…  
Play/Blessures...
Cette année, mon beau-père ne viendra pas, trop compliqué, trop vieux, trop fragile et en sourd conflit avec mon père, invité aussi. Ces deux-là aiment, ont aimé la même femme, ma mère, et les blessures de leur rivalité – elle a pourtant choisi le second il y a plus de 30 ans - sont encore vives. Ils ont 86 et 91 ans… Elle 81… Je pensais naïvement que le temps aidant, les choses se seraient tassées, d’autant que nous avons déjà eu des rassemblements familiaux apaisés en d’autres occasions. Mais non. Les cicatrices sont encore à vif. Et la sagesse est un but à atteindre longtemps, longtemps... Tant mieux ? 
Ma sœur viendra seule, en plein psychodrame de divorce avec son mari. Je ne veux pas de lui chez moi. Il lui fait trop de mal. Je ne veux pas mentir, faire semblant, être chaleureuse et donner un cadeau…Je prends position résolument pour elle. Ma petite soeur. C'est tout.
Mon désormais ex s’est tiré un mois au Cambodge avec sa nouvelle amie et c’est con, mais ça me fait mal. Une sorte de bleu sur lequel on appuie. 
La blessure que M m’a faite est récente et vive. Beaucoup (trop) de choses me ramènent encore à lui, à ce cocon fragile dans lequel j'avais choisi de me réfugier. La voix chaude de Lavilliers, la Grande Roue plantée sur le Vieux Port, un couple enlacé dans la ville, un vieux blue-jean, la teinte de mon vernis à ongles… Petits et légers coups de rasoir, de ces infimes coupures que l’on sent à peine, mais qui saignent et vous piquent pendant les heures qui suivent…
Et puis faire à manger pour tout le monde devient compliqué par ces temps frileux et allergiques.  Une végétarienne, deux sans gluten, une sans produits laitiers… Pfffffff…. ! Heureusement qu’on n’est pas plus nombreux !
Alors cette année, ce sera un Noël petits bras, petits cadeaux, petit comité, mais j’espère de l’amour, de la compréhension, de l'attention, des regards et des chaleurs...
Let the good time roll !

14 commentaires:

  1. Réponses
    1. Merci ! Et vous aussi jolie Dame! Je vous embrasse.

      Supprimer
  2. Belle Marie,
    Tu as bien raison pour le petit comité ! Noel dans certaines familles, c'est pas "plus de fous et plus on rit" mais "plus on est nombreux et plus on s'engueule"... Forte de cet adage, je fuis Noel comme la peste et le choléra réunis et hop, je plante une bougie dans la bûche !
    Pour le menu : petit-pois tofu pour tout le monde, nan mais !

    Je serai au Cambodge en même temps que ton désormais ex. Je pars le 29 à Siem Reap (Angkor), il passe sûrement les fêtes là-bas.
    Si tu as un message lui faire passer, y compris la crotte de chien, compte sur moi !

    Let's roll, baby !
    Joyeuses fêtes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton offre! Mais je n'ai aucun message, bon ou mauvais à faire passer à l'ex... Je lui souhaite plutôt du bonheur en fait... Mais j'ai un peu mal. C'est tout.
      Pour le reste, ma veinarde du bout du monde, profite d'Angkor où je fus il y a longtemps, avant le développement touristique de masse. C'était en 1998 et le pays s'ouvrait à peine. J'en garde un souvenir vivace et ébloui... Je t'embrasse fort. A tout bientôt. M.

      Supprimer
  3. Angkor... j'y étais il y a huit ans. c'était le début de la fin mais nous avions pu passé entre les gouttes, guidés par le patron de l'institut francais d'orient; huit jours éblouis.

    Bon, Sardine, love is aroud you looking after you tenderly!
    Pierre et L

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Rolling Stone! I know love is (sometimes) around...

      Supprimer
  4. Réponses
    1. Passer pompon, les macarons, les portes sont ouvertes...

      Supprimer
  5. Noel je l'encule.

    Poutous,

    M.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fais gaffe! Il risque d'aimer ça!
      Poutous en (juste) retour (des choses).

      Supprimer
  6. Réponses
    1. Hello Rose! Ravie de vous voir de retour! Et oui ! Je crois bien qu'il ne reste que cela à faire...

      Supprimer
  7. Zut mon commentaire n avait pas été enregistré. J espère que cela s est bien passé et que les petites pointes au coeur s'atténuent.
    Je t' embrasse !

    RépondreSupprimer
  8. J'arrive tard ! Bonne deuxième partie de fête, période dont je n'attend qu'une chose : qu'elle finisse vite.
    A bientôt ? Ma foi, aura-t-on le temps de boire un café ou autre chose ? Prenons les plaisirs comme ils viennent !
    Bises.

    RépondreSupprimer