vendredi 1 août 2014

La vie, l'amour, les coquillettes, le musette et la bière...

Plus de quatre ans que nous nous sommes rencontrés avec M... Sur un site libertin. Notre première rencontre fut mémorable. Par un soir de mars 2010, une pluie battante, perdue pour trouver l'endroit de rendez-vous dans cette zone commerciale noire et trempée, ronds-points et enseigne lumineuses criardes...
Je finis par trouver. Je l'attends les yeux bandés, le coeur battant... Une première pour moi...
Je découvre sa peau, son souffle, ses mains... Puis son visage quand il enlève mon bandeau...Très joli souvenir.
Je me découvre. 
Clandestine - il est marié et moi aussi - la relation prend de plus en plus de place. On prend des risques...
Et puis on s'attache...
Et puis le temps passe...
Il quitte sa femme en septembre 2012. C'est dur, brutal, violent. Elle est psychologiquement malade, très dépressive, voire bipolaire, internée à plusieurs reprises, physiquement très fragile... Mais il n'en peut plus de cette vie commune de plus de vingt ans. Notre relation est un catalyseur. Il lui reste fidèle en ce sens qu'il est auprès d'elle, qu'il paye, au sens propre et au sens figuré. Elle connait mon existence, sa haine se focalise sur moi. Elle me traite publiquement de noms odieux. Elle tente de monter tous leurs amis, leur fille contre lui... Banalité parait-il dans tant de séparations...  Elle fait irruption deux fois, une furie qu'il a peine à contenir (physiquement) sur le parking de la maison où elle pousse des hurlements, des éructations... J'ai peur. Je suis choquée. Je crois qu'elle veut me tuer. Chantage, tentatives de suicide à répétition...
De mon côté, la vie change aussi.
Notre couple devient officiel.
Il finit l'été dernier, en 2013,  par rencontrer ma fille au cours d'un dîner, quelques uns de mes amis, on passe des vacances en bande de potes (no sex!) sur la Côte Atlantique. Je rencontre sa fille, jolie brunette du même âge que ma rejetone. Ca s'apaise doucement.  On habite à 150 bornes, mais on passe nos week-ends ensemble, alternativement rats des villes et rats des champs...
Et puis... J'ai des problèmes de boulot, il a (toujours) des problèmes avec sa femme, sa fille...
Cette dernière année, la relation s'enlise. On se voit essentiellement tous les deux. Pas vraiment de vie sociale commune, plus beaucoup d'excitation, des projets en berne.... On tourne en rond.
On baise moins, on ne baise plus...
Une forme de conjugalité s'installe...
Le 18 juin dernier (non non, pas d'allusion...), je lui envoie ça :

"Le temps qui m’est donné aujourd’hui me permet de réfléchir (un peu) à notre relation.
Qui est tombée, comme tu le faisais fort justement remarquer l’autre jour, dans une sorte de quotidien confortable (très) et un peu sans surprise…
Confortable comme un vieux jean un peu mou, celui qu’on met pour aller faire ses courses…
Confortable comme ces nuits où nous dormons côte à côte sans beaucoup nous toucher (je dors bien avec toi).
Confortable comme nos petites habitudes, apéro chez toi, verre au pub chez moi, course à pied, shopping ou balades (j’aime prendre l’apéro, courir, faire du shopping et me balader avec toi).
Confortable comme un métronome pour un apprenti pianiste qui répète son morceau…  
Nous avons tellement partagé nos histoires, nos problèmes, nos enfants… (j’aime partager avec toi).

Je crois pourtant qu’il commence à manquer ce piment à l’histoire qui en faisait le sel il n’y a pas (si) longtemps.
Je ne sais pas si c’est le temps qui passe, la vie qui se renouvelle peu (je dois dire que mon récurrent problème de boulot n’aide guère… ), la cinquantaine qui tape, la flemme, une forme de lassitude, la fatigue des semaines qui tombe sur les épaules le week-end, on se connait presque par cœur, on est en mode répétitif (mais comment faire autrement ? ), le confort donc…
J’ai toujours beaucoup de plaisir(s) à nos moments, et j’espère que toi aussi. Je  crois que toi aussi.
Et je sais à quel point tu m’es devenu important. Attentif, patient avec mes sautes d’humeur, mes cafards et mes peurs, aimant, rassurant, généreux…  

Mais ce minuscule caillou dans nos chaussures, qui gène un peu la marche. Oh ! Mais pas trop. Très peu même. On avance quand même… Sans enlever la chaussure.
J’aimerais retrouver dans nos yeux ce léger scintillement complice… Cette pupille un peu agrandie… J’aimerais retrouver nos jeux de mains, jeux de vilains… J’aimerais retrouver nos cœurs de Maître et de Soumise qui palpitent avant l’épreuve et le plaisir…
Je sais. C’est difficile peut-être. C’est du taf mental… Poser le vieux jean et enfiler le noir, le vinyle et le cuir… (Bon, surtout l’été… Fait chaud !).
J’ai bien quelques idées, pour s'obliger à rompre le confort. Comme quand on n’a pas envie d’aller courir… et qu’on y va quand même !
Et surtout, ne pas s’empêcher de ré-enfiler le vieux jean. Parce qu’il est indispensable dans la garde-robe…"

On en parle un peu de ce mail... On décide de prendre des vacances relax et coquines, de repartir au Cap...
On a envie de légèreté. 
Il y a trois semaines la nouvelle tombe : sa femme est atteinte d'un cancer. Elle a réussi... Elle s'est brouillée avec tout le monde y compris sa propre famille, elle n'a plus que lui... Elle le tient dans sa toile d'araignée de culpabilité, de chantage, de malaise... She's a poisonous Black Widow... 



Il y va comme un bon petit soldat, pour elle, dit-il,  et surtout pour leur fille (21 ans, un peu paumée, se cherche de petits boulots en petits boulots...). Il y va et suspend notre relation, me l'écrit, ne veut pas que je vive ça, veut me protéger, veut rencontrer des gens avec lesquels il parlera d'autre chose, m'écarte... Et se fabrique une fiche sur un site libertin, où il va régulièrement... Je le vois (sixième sens, j'ai pas cherché longtemps...). Peut-être que ce soir, "il parle d'autre chose...". Sauf que cette fiche date de 2011 et se termine par ces mots : "P.S: Je recherche également une charmante complice pour relation suivie". Il a toujours menti, par le passé (il me l'a dit) et aujourd'hui...
Et moi, je suis triste, jalouse sans doute (une saloperie la jalousie), je me rends compte qu'on a toujours été trois dans cette histoire, dans sa propre histoire plus complexe et tortueuse qu'il ne veut bien l'admettre... Est-il de ces hommes (nombreux semble-t-il??? J'ai pas de stats!) qui, lorsque la relation s'installe perdent le désir ? Ai-je tant vieilli en quatre ans ? Non, ça, je ne crois pas... Mais on est si prompte à se sentir déstabilisée...
CA ME FAIT CHIER! 
Bon. Voila. Je ne sais pas que rajouter. 
Je pars demain, seule, rejoindre une amie en Ardèche, puis, je file chez ma chère et tendre Lo revoir l'Océan. 
Je suis fatiguée de cette histoire. Et pourtant je tiens à lui. Tout cela est d'un banal...Putain! On devait partir aujourd'hui en vacances...

12 commentaires:

  1. Un tendre baiser à toi l'amie !
    Le mot juste est difficile à trouver. D'ailleurs existe t'il ?
    Parfois, je trouve que c'est un peu minable d'être un homme.
    Après l'Ardèche et la famille, retour au Bain des Dames.

    CdE

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher, cher CdE! Merci de ce mot. Et à tout bientôt au bord de notre Grande Bleue à nous...
      Je t'embrasse fort.
      Marie.

      Supprimer
  2. Le courage, la lucidité, la douceur, la constance à vous-même, voilà ce que l'on sent et entend de vous au long de ces années ici. Ce sont les choses dont on ne se dépare pas et qui font une belle vie. Le talent est en plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de vos mots, Mars... Merci beaucoup!

      Supprimer
  3. J'ai l'impression que tu as fait tout ton possible, et de belle façon comme ce mail par exemple... L'histoire est banale peut-être, mais toi tu ne l'es pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Christophe, depuis les débuts de ce blog, tu es là... Et j'aime bien le savoir... Merci et bises à Miss A. en liberté...!

      Supprimer
  4. Je trouve pas mal d'échos à mes histoires... Vous souhaite de beaux rebonds...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour l'instant, je rebondis en béquilles... Mais ça va pas durer éternellement! J'aime toujours vous lire...

      Supprimer
  5. Quel jolie main vous lui avez tendue, à travers votre email ! Oui, certains hommes ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ce commentaire et bienvenue ici Bourgeon. Fait chaud chez vous! :) Revenez quand vous voulez!

      Supprimer
  6. je découvre votre blog sur ce billet. Poignant votre récit, vraiment poignant. Il me tarde de lire le reste. Prenez soin de vous madame.

    RépondreSupprimer
  7. Quel joli blog, et quel beau texte ! Je file decouvrir le reste.

    RépondreSupprimer